Parlour Window

En réponse à l’invitation de Wunderkammer, Anaïs Wenger a choisi de travailler à partir de vestiges laissés par le Mudac après son déménagement, tels que des présentoirs pour la médiation et des ouvrages sur le design. Elle réinvestit ces objets caducs, qui évoquent la mémoire du lieu, dans une optique de valorisation des formes et d’économie des moyens. Modifiées et transformées en socles, les structures de fer soutiennent désormais les livres, dont l’agencement dans la résine crée de nouvelles strates narratives. Dans une sorte de mise en abyme, les compositions d’images sur papier glacé figées dans la matière interrogent le statut de l’image fixe dans un jeu de transparence et de matière. Les pièces d’Anaïs Wenger recouvrent plusieurs fonctions qui servent de prétexte à la discussion : elles oscillent entre la sculpture, l’assise – destinée aux publics de l’exposition – et la table basse – présentant ces beaux-livres faits pour être exposés et feuilletés dans les parlour plutôt que lus. Ce dispositif aux multiples lectures se réfère dès lors tant à la dimension conceptuelle de la sculpture et de l’image fixe qu’aux enjeux performatifs des objets de design.

Sculpture 1 : Anaïs Wenger, Failure is not an option, acier, résine, livres, env. 90 x 30 x 30, 2022.
Sculpture 2 : Anaïs Wenger, Le vin guérit la tristesſe, acier, résine, livres, env. 90 x 30 x 30 cm, 2022.